top of page

"Quelles stratégies pour prévenir et gérer le burnout en entreprise"

Dernière mise à jour : 2 juil.

La qualité de vie au travail est un facteur essentiel du bon fonctionnement d’une entreprise. Il est donc primordial de prendre conscience que la réussite d’une structure passe irrémédiablement par le bien-être des salariés.


burnout

Or cette qualité de vie au travail est encore peu prise en compte de façon opérationnelle par la plupart des entreprises. Les services Ressources Humaines, souvent débordés par les enjeux humains générés par des changements permanents, n'ont pas forcément le temps de générer des actions pour le bien-être de leurs équipes. De plus, les directions de ressources humaines n'ont pas toujours le réflexe de faire appel à une aide extérieure comme un coach bien être.


Si l’investissement en temps et en argent paraît trop important, les conséquences du mal être au travail ne le sont-elles pas davantage ?


Le burnout en quelques chiffres

Une étude du cabinet Technologia révèle un chiffre inquiétant : 3,2 millions d’employés, c’est-à-dire 12% de la population active, présenteraient un “risque de burnout."

Pour savoir si vous êtes en épuisement, passez le test.


Une autre étude de 2022, réalisée par Opinion Way, révèle que la détresse psychologique des collaborateurs « reste à un niveau élevé et inquiétant ». Selon ces chiffres, elle toucherait 41 % des salariés, dont 14 % à un taux élevé. En outre, 34 % des salariés français seraient en burn-out, et parmi eux 13 % en burn-out qualifié de « sévère » (soit plus de 2,5 millions de personnes).


Selon cette même enquête, les populations les plus durement exposées à ce type de pathologies seraient :


burnout

  • Les femmes, à 46 %, avec une baisse de 1,5 points par rapport à 2021 ;

  • Les moins de 29 ans, à 59 %, avec une hausse de 5 points par rapport à 2021 ;

  • Les télétravailleurs, à 45 %, avec une hausse de 5 points par rapport à 2021 ;

  • Les managers, à 43 %, hausse de 10 points par rapport à 2021.


Le burn-out apparaît dans la classification internationale des maladies de l’OMS (organisation mondiale de la santé) dans le chapitre qui liste les facteurs impliquant un recours aux services de santé. Pour autant, il n’est pas considéré comme une maladie, mais plutôt comme un syndrome lié à un stress chronique au travail.


Quelles sont les conséquences du burnout sur les entreprises ?


Le burnout, ou épuisement professionnel, peut avoir des conséquences significatives et souvent négatives sur une entreprise. Voici quelques-unes des principales conséquences :


1. Diminution de la productivité


  • Baisse de la performance individuelle : les employés en burnout sont moins productifs, font plus d'erreurs et prennent plus de temps pour accomplir leurs tâches.

  • Diminution de l'engagement : la motivation et l'engagement des employés en épuisement diminuent, ce qui affecte leur efficacité globale.


2. Augmentation de l'absentéisme et du turnover


  • Absences fréquentes : les employés en burnout prennent plus de congés maladie, ce qui augmente l'absentéisme.

  • Turnover élevé : le burnout peut conduire à une augmentation du taux de rotation du personnel, car les employés cherchent à fuir un environnement de travail stressant.


3. Coûts financiers accrus


  • Coûts liés à l'absentéisme : les absences répétées des employés entraînent des coûts supplémentaires pour l'entreprise, notamment en termes de remplacement temporaire et de surcharge de travail pour les autres employés.

  • Recrutement et formation : le turnover élevé nécessite des dépenses accrues en recrutement et en formation de nouveaux employés.

  • Perte de compétences : le départ d'employés expérimentés peut entraîner une perte de savoir-faire et de compétences cruciales pour l'entreprise.


4. Impact sur la qualité du travail


  • Qualité réduite : les employés en burnout sont souvent moins vigilants, ce qui peut affecter la qualité des produits ou services fournis.

  • Innovation freinée : un environnement de travail stressant et épuisant est moins propice à la créativité et à l'innovation.


5. Climat de travail détérioré


  • Ambiance négative : le stress et l'épuisement peuvent créer une ambiance de travail toxique, affectant non seulement les individus concernés, mais aussi leurs collègues.

  • Conflits internes : le stress élevé peut entraîner des conflits entre collègues, diminuant la cohésion d'équipe et la collaboration.


6. Réputation de l'entreprise


  • Attractivité réduite : une entreprise connue pour avoir un environnement de travail stressant peut avoir du mal à attirer de nouveaux talents.

  • Image de marque ternie : une mauvaise gestion du bien-être des employés peut nuire à la réputation de l'entreprise auprès des clients et des partenaires.


7. Conséquences légales et réglementaires


  • Litiges : les employés en burnout peuvent engager des actions en justice contre l'entreprise pour des conditions de travail inadéquates.

  • Non-conformité : le non-respect des réglementations relatives à la santé et à la sécurité au travail peut entraîner des sanctions pour l'entreprise.


Comment une entreprise peut prendre en charge le burnout ?


Pour prendre en charge le burnout et en minimiser les effets, une entreprise peut mettre en place plusieurs stratégies et initiatives.


burnout

Voici des mesures concrètes que les entreprises peuvent adopter :


1. Prévention et sensibilisation


  • Formation et sensibilisation : organiser des formations pour sensibiliser les employés et les managers aux signes et aux symptômes du burnout. Mettre des sources d’informations à disposition. J’en ai listé quelques-unes dans l’Ebook : “comment rebondir sur le burnout ?”.

  • Promouvoir un environnement de travail sain : encourager une culture de travail équilibrée où le bien-être des employés est une priorité. Faire du préventif plutôt que du curatif. Certaines de mes interventions en entreprise visent à prendre en charge les travailleurs qui présentent des signes d’épuisement.


2. Amélioration des conditions de travail


  • Gestion de la charge de travail : reconsidérer les charges de travail pour s'assurer qu'elles sont réalistes et distribuées équitablement.

  • Flexibilité des horaires : offrir des horaires flexibles ou la possibilité de télétravail pour aider les employés à mieux équilibrer vie professionnelle et personnelle.

  • Aménagement des espaces de travail : créer des espaces de travail ergonomiques et agréables pour réduire le stress physique et mental. Les nuisances relationnelles sont souvent sources de stress importants.


3. Support psychologique et bien-être


  • Accès à des services de santé mentale : proposer des consultations avec des psychologues, des coachs en entreprise ou des professionnels du bien-être.

  • Programmes de bien-être : mettre en place des programmes de bien-être, incluant des activités physiques, de relaxation et de méditation. Des espaces peuvent aussi être aménagés pour favoriser ces pratiques de bien-être.


4. Encouragement du repos et de la déconnexion


  • Politique de déconnexion : encourager les employés à prendre des pauses régulières et à ne pas travailler en dehors des heures normales.

  • Congés : promouvoir l'utilisation des jours de congé et des vacances pour permettre aux employés de se reposer. Le rôle des managers est aussi de prévenir l’épuisement en encourageant leurs subordonnés à se mettre au repos.


burnout


5. Renforcement du soutien managérial


  • Formation des managers : former les managers à identifier les signes de burnout et à réagir de manière appropriée. Plus ils seront informés des signaux révélant de l’épuisement et plus ils pourront contribuer aux actions préventives.

  • Encouragement et reconnaissance : favoriser une culture de reconnaissance et de soutien où les employés se sentent valorisés.


6. Évaluation et amélioration continue


  • Enquêtes de satisfaction : mener des enquêtes régulières pour évaluer le bien-être des employés et identifier les sources de stress.

  • Retour d'information : encourager les travailleurs à donner leur avis sur leurs conditions de travail et prendre des mesures basées sur ce feedback.


7. Stratégies de gestion de crise


  • Plan d'action pour les cas de burnout : développer un plan d'action pour gérer les situations où un employé est en burnout, incluant des étapes comme l'évaluation médicale, le soutien continu et les ajustements de poste si nécessaire. 

  • Suivi post-burnout : mettre en place un suivi pour les employés revenant d'un burnout afin de s'assurer de leur rétablissement complet et de prévenir une récidive.

8. Culture d'entreprise positive


  • Encouragement à la collaboration : promouvoir une culture de collaboration et de soutien mutuel parmi les employés.

  • Transparence et communication : maintenir une communication ouverte et honnête sur les attentes, les objectifs et les changements au sein de l'entreprise.


En conclusion, le burnout a des répercussions étendues sur une entreprise,

affectant non seulement les individus directement concernés, mais aussi l'efficacité globale, la santé financière, le climat de travail et la réputation de l'organisation.

Il est donc crucial pour les entreprises de prendre des mesures proactives pour prévenir et gérer le burnout au sein de leurs équipes.


En intégrant ces mesures dans leurs politiques et pratiques, les entreprises peuvent créer un environnement de travail plus sain et plus productif, réduisant ainsi le risque de burnout et soutenant le bien-être de leurs employés.



4 vues

Comments


bottom of page